Défis intersectionnels dans les communautés
afroeuropéennes
La 8e biennale de la Conférence Afroeuropéenne
7 – 10 Juillet 2021
Bruxelles
L'appel à panels est ouvert ->
Défis intersectionnels dans les communautés
afroeuropéennes
La 8e biennale de la Conférence Afroeuropéenne
7 – 10 Juillet 2021
Bruxelles
L'appel à panels est ouvert ->
Défis intersectionnels dans les communautés
afroeuropéennes
La 8e biennale de la Conférence Afroeuropéenne
7 – 10 Juillet 2021
Bruxelles
L'appel à panels est ouvert ->
Previous
Next

Photos par Herberto Smith – sous licence CC BY-NC-ND 2.0

Défis intersectionnels
dans les communautés afroeuropéennes

La 8e biennale de la Conférence Afroeuropéenne « Défis intersectionnels dans les communautés afroeuropéennes » se tiendra du 7 au 10 juillet 2021 à Bruxelles, la capitale de l’Europe. Accueillie par la Vrije Universiteit Brussel (VUB), cette conférence est le résultat d’une longue collaboration entre universitaires, écrivains, artistes et militants qui a donné naissance au Réseau International Afroeuropéen.

L’objectif de cette conférence est d’examiner la manière dont l’intersection de la « race » et de l’ethnicité avec d’autres marqueurs d’identification tels que le sexe, la classe sociale, la sexualité, l’aptitude, l’âge, le statut de citoyen ou la langue, façonnent les communautés afro- européennes. Nourrie par la pensée intersectionnelle (Combahee River Collective, 1979 ; hooks, 1981 ; Crenshaw 1989) et son rejet des perspectives unidimensionnelles au sein de l’activisme, de la politique ou de la recherche, cette conférence explorera la manière dont les processus de privilèges et de discrimination interagissent et président à des expériences et dynamiques complexes au cœur de ce que signifie être Afroeuropéen.ne. L’altérité raciale et ethnique des Afroeuropéen.nes est ici considérée au regard des autres identités (par exemple, masculine, féminine, queer, ouvrière, religieuse, handicapée, âgée, etc.) avec lesquelles elles est imbriquée, de façon à examiner dans quelle mesure ces intersections créent de nouvelles alliances et opportunités.

On s’intéressera tout particulièrement aux multiples façons dont les Afroeuropéen.nes remettent en question les modes dominants de représentation et de production de connaissances, par exemple en revendiquant l’espace et la citoyenneté, en modifiant des modes de connaissance et d’organisation considérés comme acquis, ou en présentant leurs expériences et perspectives comme faisant partie intégrante de la société et de l’identité. Cette conférence s’inscrit dans la dynamique croissante des mouvements de décolonisation et de leurs appels à repenser les modes dominants de représentation et de production de la connaissance. Nous invitons à réfléchir aux différents niveaux d’existence, de militantisme et d’érudition, ainsi qu’à leur croisement, avec une attention particulière à la vie des Noir.es européen.nes ayant un héritage africain et à la diversité des lieux géographiques d’origine de la diaspora africaine, tels que les Amériques et les Caraïbes. En s’appuyant sur la notion de « connaissance subjuguée », cette conférence visera aussi à explorer la manière dont les positions marginalisées peuvent également donner lieu à des positions épistémologiques innovantes, des résistances ou révisions des statu quo, ou encore inspirer le militantisme et les réformes des institutions et des politiques, en Europe et au-delà.